5 erreurs doctrinales de l’évangile de la prospérité

David W. Jones | March 7, 2016


Il y a plus d’un siècle, s’adressant à la plus grande congrégation de l’époque, Charles Spurgeon déclara : « Les chrétiens ne devraient pas chercher à amasser de l’argent. C’est une attitude anti-chrétienne et indigne. On pourrait objecter et dire : « Ne faut-il pas s’efforcer de gagner un maximum d’argent ? » Certes, on pourrait, et ce faisant, servir la cause de Dieu. Mais pour moi, les chrétiens ne devraient pas chercher à amasser de l’argent. »

Malheureusement, avec le temps, cet enseignement est devenu obsolète. On prône, aujourd’hui, dans la plupart des méga églises dans le monde, un nouvel évangile. On l’a tantôt nommé l’évangile du « nomme-le, réclame-le », l’évangile « de la santé et de la richesse », « l’évangile de la prospérité », ou encore « la théologie de la confession positive ».

Peu importe le nom qu’on lui donne, l’essence du message est le même. En d’autres termes, cet « évangile de la prospérité » enseigne que Dieu souhaite que les chrétiens soient en bonne santé, riches et heureux. Robert Tilton, un des grands défenseurs de cette doctrine, a dit : « Je suis convaincu que Dieu veut que chaque chrétien s’enrichisse, non parce que ça a fonctionné pour certains, mais parce que je le vois dans la Bible. Je ne fixe pas…


To read the rest of this article, visit http://www.thegospelcoalition.org/evangile21/article/5-erreurs-doctrinales-de-levangile-de-la-prosperite.