Les All Blacks et la culture apologétique

Yannick Imbert | October 10, 2017


Il y a quelques semaines, les All Blacks, l’équipe de rugby néo-zélandaise, s’est permise un éclatant 57-0 contre son rival de toujours, les Spring Boks sud-africains. Vous me direz, c’est sévère comme défaite. Plutôt. D’autant plus qu’elle vient clore une série de trois défaites consécutives (57-15 et 41-13). Plus impressionnante encore est la domination néo-zélandaise dans la dernière décennie, voire la suprématie des quatre dernières années. Sur leur 16 dernières rencontres, ils en ont gagné 14 ; leur taux de victoire au cours des 4 ans atteint quasi 86 %, ce qui est aux limites de la décence 

Pour comprendre cette domination sans partage, il faut commencer par l’essentiel. Oubliez les popstars, les politiciens médiatiques, et autres pitres du petit écran. En Nouvelle-Zélande, les trois figures publiques les plus importantes sont le président, le sélectionneur des All Blacks, et le capitaine des All Blacks. Le reste, c’est de la figuration. Parlant de la Nouvelle-Zélande, il ne faut pas sous-estimer ce que le rugby a fait pour elle, et ce qu’elle a fait pour ce sport. Car avant de devenir la Terre-du-Milieu, la Nouvelle-Zélande, c’est le petit pays de 4,7 millions de personnes qui ne cesse de donner au rugby ses plus grandes…


To read the rest of this article, visit https://www.thegospelcoalition.org/evangile21/article/les-all-blacks-et-la-culture-apologetique.