Pourquoi les prédications nous ennuient si souvent

Gavin Ortlund | May 3, 2016


Quand Tim Keller parle de la prédication, j’écoute. Tout comme environ 1 900 autres personnes durant son atelier lors de la conférence TGC « Prêcher pour atteindre le cœur » à Orlando, en Floride (nde : en 2015).

De plus, le nouveau livre de Keller,  “Preaching: Communicating Faith in an Age of Skepticism” (Prêcher : communiquer la foi à l’ère du scepticisme) [est disponible en anglais.]

Combien de fois avons-nous entendu ou nous-mêmes prêché un message biblique qui ressemblait plus à un cours magistral qu’à une prédication — une prédication qui informe, certes, mais qui ne parvient pas à transformer. Keller nous a aidés à réfléchir sur ce thème, comment prêcher pour atteindre le cœur, et par le cœur la personne toute entière.

Atteindre le coeur pour atteindre la personne toute entière

Keller a commencé l’atelier en citant Alec Motyer. Pour ce dernier, un pasteur a deux responsabilités : une première vis-à-vis de la vérité qu’il annonce, et une deuxième vis-à-vis des gens à laquelle il l’annonce. Les livres sur la prédication se concentrent plus sur la première responsabilité et négligent le travail également vital de la contextualisation et de l’application. Le manque d’équilibre entre les deux explique en partie pourquoi une prédication…


To read the rest of this article, visit https://www.thegospelcoalition.org/evangile21/article/pourquoi-les-predications-nous-ennuient-si-souvent.