Luther et la question du « libre arbitre »

Keith Butler | March 8, 2017


On se croit capable de tout. Le temps et l’argent semblent les seuls freins au progrès de l’être humain. À titre personnel, qui ne voudrait pas se considérer comme quelqu’un de capable, d’indépendant, de débrouillard ?

Pourtant, l’être humain est-il capable de se tourner vers Dieu ? Peut-il « s’attacher aux choses qui conduisent au salut éternel1 » ? Selon un sondage récent, 69% des Américains croient pouvoir se tourner vers Dieu de leur propre initiative2. En entendant cela, Martin Luther se serait étouffé en mangeant sa Bratwurst (saucisse allemande) !

Et vous ? Que diriez-vous du libre arbitre ? Si votre pasteur se levait à la prochaine réunion d’évangélisation pour expliquer que personne dans la salle ne peut se tourner vers Dieu, comment réagiriez-vous ?

Avant d’aller plus loin, un peu de contexte historique s’impose. En 1516, Érasme de Rotterdam, l’érudit et le linguiste le plus respecté de son époque, a fait des vagues avec sa publication du Novum Instrumentum : une édition du Nouveau Testament en grec et en latin. Un an plus tard, Martin Luther a déclenché un tsunami en affichant ses 95 thèses sur les portes de l’Église de Wittenberg.

Au cours des années suivantes, alors que la Réforme prenait de…


To read the rest of this article, visit https://www.thegospelcoalition.org/evangile21/article/luther-et-la-question-du-libre-arbitre.