On ne naît pas pasteur, on le devient

Derek Rishmawy | September 30, 2015


En lisant l’œuvre de Bruce Gordon portant sur la biographie de Calvin, je me suis rendu compte que personne ne naît pasteur, mais qu’on le devient.

Il est facile en lisant la dernière édition de l’Institution ou les commentaires qui ont suivi, d’oublier les diverses influences et les périodes de formation nécessaires pour qu’un jeune étudiant en théologie devienne un homme d’Église mature et un théologien.

En tant que jeune pasteur, un sujet m’a toujours intéressé : l’influence des mentors et des amis. Ainsi, je voudrai mettre ici en lumière 3 leçons tirées de la vie de Calvin, au sujet des mentors, et à l’attention des pasteurs, jeunes ou vieux.

1. Choisissez votre mentor avec sagesse

Premièrement, choisissez votre mentor avec sagesse, en observant ses qualités et ses points faibles. Très tôt, Calvin a eu pour mentor Guillaume Farel. Farel était très actif en faveur d’une réforme avec des bases théologiques solides, et avec l’Évangile au centre, mais il était parfois trop agressif et parfois même bagarreur. 

En fait, Farel a d’abord guidé le jeune Calvin vers le courant de la réforme de Genève mais l’a ensuite menacé du jugement divin sur sa vie et ses études s’il refusait…


To read the rest of this article, visit http://www.thegospelcoalition.org/evangile21/article/on-ne-nait-pas-pasteur-on-le-devient.