Tim Keller : “Si la grâce a réellement changé nos cœurs, nous n’avons plus à nous inquiéter”

Tim Keller | December 17, 2015


Il est remarquable de lire les paroles de David, le roi guerrier d'Israël, dans le Psaume 131.

“Éternel ! Je n'ai ni un coeur qui s'enfle, ni des regards hautains ; je ne m'occupe pas de choses trop grandes et trop relevées pour moi. Loin de là, j'ai l'âme calme et tranquille, comme un enfant sevré qui est auprès de sa mère ; j'ai l'âme comme un enfant sevré.”

La métaphore pour parler de la maturité spirituelle est « l’enfant sevré ». D'un côté, nous sommes comme des enfants au sein de leur mère, une comparaison exprimant l'impuissance. Nous sommes complètement dépendants de Dieu. Sans lui, nous ne pouvons rien. D'un autre côté, nous sommes des enfants sevrés, une comparaison exprimant le contentement. Un enfant qui n'est pas sevré pleure dans les bras de sa mère, jusqu'à ce qu'il obtienne ce qu'il veut, le lait. Ce n'est qu'après qu'il peut se calmer. Un enfant sevré est satisfait par le fait d'être avec sa mère, par sa seule présence.

Ici, nous pouvons observer ce que Job a vécu lors de ses épreuves de manière dense et compacte. Nous devons aimer Dieu pour lui seul, non pas pour ce qu'il nous donne. Pour Jonathan Edwards, c'est ce qui…


To read the rest of this article, visit http://www.thegospelcoalition.org/evangile21/article/tim-keller-si-la-grace-a-reellement-change-nos-curs-nous-navons-plus-a-nous-inquieter.